Faustine 3 : Dans la forêt de Crécy

Un mélange de vues de la forêt domaniale de Crécy en Ponthieu et des extraits du Calice d’Argent en rapport avec ces paysages. Bonne balade

Été 2019

« À la lumière des phares de sa voiture, l’enquêtrice découvre qu’elles ont suivi un long sentier au milieu d’une forêt imposante. Les mains et les pieds glacés par des colliers trop serrés, elle grimace mais tient bon. Elle reste convaincue que le trajet n’a pas dépassé une demi-heure. Elles doivent donc se trouver dans la forêt de Crécy, le plus important espace vert apparent sur leur plan de l’office de tourisme. Fifi réfléchit toujours à un moyen de se repérer dans les bois pour filer dans la meilleure direction possible.« 

« Déposée sans délicatesse ni violence à même une pelouse épaisse, inattendue, Iphigénie roule sur elle-même pour découvrir un espace champêtre aménagé. Aura-t-elle été aidée dans sa création ? Difficile à dire quand on connaît la superficie remarquable de ce massif forestier. Au milieu de cette trouée en forme de sinusoïde, une large souche, vestige du déboisement, est probablement consacrée en autel, malgré la couche de mousse verte qui l’a enveloppée au fil du temps.« 

« (…) Dans un long rituel répété tous les trimestres depuis l’été 2013, on a planté le tronc à plusieurs dates clefs de grands clous, supposés en faire un tour complet tous les sept ans. Accumulant la rouille depuis ces différentes dates, le tronc est devenu une espèce de calendrier magique dont on ne sait pas la destination, instrument parmi tant d’autres d’une volonté supérieure aux motifs rarement explicites. »

« Quand elle raccroche, elle s’aperçoit que Faustine, qui n’a toujours pas levé les yeux de son écran, piétine elle-aussi à décrocher quelque chose d’exploitable sur les réseaux. De guerre lasse, elle résume bientôt :

– Les activités sportives et ludiques résument pratiquement tout ce que les gens publient sur le secteur, une fois sorties des photos de balade à pied sur la plage et sur les nombreuses pistes aménagées. On ne vient pas ici pour jeter des sorts, mais j’ai tout de même dégoté deux, trois lieux offrant d’agir à l’abri des regards.

– Ah oui ?

– La baie d’Authie, au nord, est une étendue d’une grande superficie, une réserve naturelle inhabitée où s’isoler en petit comité doit être possible, même autour d’un petit feu. D’ailleurs, il y a quelques années, c’était un repère de naturistes, c’est dire si c’est tranquille.

– Quoi d’autre ?

– Le parc du Marquenterre au sud et la forêt de Crécy, plus dans les terres.

– On est cernées de petits coins tranquilles, en définitive, résume Fifi.

– Eh bien il va falloir jouer du pendule, Mademoiselle Tournesol.

– On en a un, dans le barda de la Fondation ?

– Tu n’en as pas un à toi ?

– Je n’ai jamais été à l’aise avec cet outil, pour être tout à fait honnête. Mon truc, c’était la plume d’oie, je menais pratiquement tous mes rituels avec.« 

Faustine 2 : Sommeil de Plomb. Et si vous veniez faire un tour à Cambrai ?

Cette image doit vous parler si vous avez déjà vu la couverture de mon roman Faustine 2 Sommeil de Plomb, puisqu’elle reprend en grande partie la vue de la mairie ci-après.

Lire la suite « Faustine 2 : Sommeil de Plomb. Et si vous veniez faire un tour à Cambrai ? »

Giovanni Portelli en direct d’Aliandra

J.C. m’a fait un joli interrogatoire mais c’est le problème des grands timides, quand on les lance, on ne sait pas quand ils vont s’arrêter 🙂

 



Jc Staignier

Giovanni Portelli, vous connaissez? Ne soyez pas intimidé(e)s de répondre non. J’ai dû secouer l’auteur comme un prunier pour l’obliger à sortir de sa grotte. Il manie les mots avec dextérité pour écrire ses romans, mais pour sa pub, ces mêmes mots restent coincés au fond de sa gorge. Normal, me direz-vous. Un auteur doit se contenter d’écrire et pas de jouer les marchands de tapis pour vendre ses bouquins. Oui, ça, c’était avant…

Pour ma part, je trouve dommage de rester dans l’anonymat lorsqu’un auteur a autant à partager avec ses lecteurs. Il va être furax après moi, j’ai joué les fouines sur Google pour trouver cette photo, mais je sais que vous les lecteurs, vous aimez au moins savoir à quoi ressemble votre auteur favori. Fils de Casanova et de Victor Hugo, voici en exclusivité pour le blog, l’unique Giovanni:

Je l’ai également sollicité pour une présentation et…

Voir l’article original 1 709 mots de plus

Quelques titres notables:)

MÉTAL FANTÔME DE JOFFREY SINET. Un roman bien construit, un vrai sens du détail et on se prend au jeu. Des lieux bien amenés, avec une certaine tendresse. L’auteur est un grand lecteur. Il aime les beaux mots et le fait savoir parfois dans des envolées qui détonent avec le ton général du récit, mais ça donne de la richesse au livre. En définitive c’est un bon moment de lecture, surtout quand tout s’accélère il est pratiquement impossible de lâcher le livre. bravo

Métal fantôme par [Joffrey Sinet, Tom Nessy]

TOXIC ADN D’ÉMILE DEGAS. Au début, quand on découvre une nouvelle plume, on peut patiner à rentrer dedans, mais là j’avoue qu’assez rapidement l’histoire se met en place. On suit d’abord la conséquence avant de découvrir la cause, et c’est cohérent,ça tient debout, on a envie d’aller au bout. Par certains aspects, le récit m’a rappelé ces films gore, les slashers, qui jouaient souvent la carte de la caricature et de la surenchère pour décrocher de la situation par le second degré, ce qui faisait leur charme. Donc pour les amateurs du genre, ça se lit bien, c’est bien amené, bref ! ça fonctionne.

Toxic ADN par [Émile  Degas]

L’ÉNIGME DE LA CLEF DE VERONIQUE AVART. Alors pas du tout mon style, et pourtant je me suis pris au jeu de cette drôle d’enquête menée du regard d’un dommage collatéral qui se mue peu à peu en pignon central de l’intrigue. la plume est vivante et la personnalité de la narratrice atypique et plutôt bien croquée. Peut-être le récit piège-t’il du fait de la narration à première personne qui empêche un peu les autres personnages d’exister au-delà de la perception de « Draculine ». Mais dans l’ensemble un joli moment de lecture.

L'ENIGME DE LA CLEF par [Véronique Avart]

Le QI de la prochaine génération ? Foutez lui donc la paix !

Allez une petite question de SF pour bien attaquer la fin de semaine! Pensez-vous vraiment que la génération à venir soit condamnée à être moins intelligente que la précédente ? Sous réserve que ce soit possible vu le niveau de connerie sans précédent enregistré sur le net depuis son expansion ?

Lire la suite « Le QI de la prochaine génération ? Foutez lui donc la paix ! »

Quand le rire sucre nos souvenirs : Lindsay Lietin

Encore une lecture qui ne s’est pas éternisée dans ma PAL. Déjà 50 avis sur Amazon donc une popularité certaine et entre nous, méritée. L’autrice est sympathique, accessible, et de min coin ! Une vraie Nordiste qui a assimilé tous les bons mots dont elle a saupoudré son texte à travers les répliques de Mauricette, mais aussi dans sa narration, malgré elle qui sait, mais ça donne un parfum de cassonade à la pâte tout à fait délicieux. Et si je les ai repérés, c’est pour être un exilé Charentais qui vit avec une Nordiste depuis quinze ans. Quand le rire sucre nos souvenirs m’a plu, voilà pourquoi 🙂

Lire la suite « Quand le rire sucre nos souvenirs : Lindsay Lietin »

Ahogur 5 Ereeus : décliner les nuances du rouge

Que dire de cet épisode sans en ruiner les effets, qui sont ménagés jusque dans la couleur choisie pour la couverture ? Ahogur 5, c’est d’abord le rouge du spectre Ofélius, puits de science bienvenu pour faire le lien entre certaines intentions, les dons de nos héros et l’origine même de leur peuple.

Lire la suite « Ahogur 5 Ereeus : décliner les nuances du rouge »

Ahogur IV Sorxeras. Une charnière vers un second arc prometteur

C’est la fin d’un cycle, la mise en place de l’univers, les personnages, les enjeux des différents peuples et le passage à l’âge adulte de Solène qui raconte toujours l’histoire sont largement traités. Dans Ahogur IV Sorxeras, on entre en guerre et une fois de plus les différents combats sont épiques. Le retour en terres humaines annonce des temps difficiles.
Solène qui raconte l’histoire plus âgée marque des pauses importantes sur des détails qui trouveront leur importance plus tard et il sourd une nostalgie de certains moments heureux qui nous torture déjà 😂.
Enfin l’autrice sème des éléments clefs pour la suite, avec fluidité. Une mystérieuse carte, un artéfact minéral, de potentiels métissages avec les Tangkas, un enfant roi, des personnages emblématiques, comme les Séculaires.
Le contrôle de la colère est au coeur de tout l’épisode mais le passage de l’affrontement avec le troll des montagnes reste un de mes préférés.
Je vais me pencher sur la suite car malgré un ralentissement dans ma progression, je sens que tous les ingrédients sont en place pour donner un épisode 5 haut en couleur.

AHOGUR IV: Sorxeras par [Sonia J.Fadda]

La magie des « Miroirs Cambusier »

« L’humanité est vieille de plusieurs millions d’années. Si nous ne retrouvons de traces de notre écriture qu’à tout juste vingt mille ans en arrière, et encore de façon éparse, cela ne vient pas simplement du fait que les supports n’étaient pas persistants dans le temps. Graver du métal ou de la roche, reproduire les écrits plus anciens était déjà à notre portée depuis bien plus longtemps. Non messieurs dames, il faut se rendre à l’évidence, une partie de notre patrimoine, de notre mémoire, a proprement été effacée. Seule une minorité de personnes choisies soigneusement a pu perpétuer ce dont je vais vous parler ce jour. Et cela remonte bien plus loin que les premiers cunéiformes.

Lire la suite « La magie des « Miroirs Cambusier » »